Pour une législation favorable au développement des « pop-up stores »

30 octobre 2017  — Divers

IMG_8944

 

 

Les députés libéraux bruxellois Marion LEMESRE, Olivier de CliPPELE et Willem DRAPS proposent la création d’une offre locative commerciale de courte durée

« Les pop-up stores sont des magasins temporaires, ouverts pour une période courte allant de quelques jours à un an. Ils s’intègrent dans une évolution marketing mondiale incontournable dans laquelle Bruxelles doit totalement s’inscrire pour être une capitale moderne et répondre à l’évolution de l’offre et de la demande commerciale. » introduit Marion Lemesre.

En effet, ces magasins amènent un vent de fraîcheur en permettant aux commerçants de pouvoir bénéficier des principaux atouts des magasins dits “éphémères”: flexibilité, originalité, exclusivité.

« Voilà une initiative qui permettrait de redynamiser nos artères commerciales tout en diversifiant une offre de plus en plus monothématique!” analyse Willem Draps, député MR et co-signataire avec le député Olivier de Clippele de la proposition d’ordonnance.
Ce dernier explique: “La difficulté est qu’aujourd’hui à Bruxelles, il n’existe pas de cadre juridique relatif aux baux commerciaux de courte durée. La loi du 30 avril 1951 concernant les baux commerciaux ne permet que des locations de 3 à 9 ans et interdit la « location occasionnelle ».”

Ces nouveaux types de commerces concernent pourtant tous les types de commerçants, de la grande enseigne internationale au petit artisan local, et remplissent un rôle fondamental: ils sont un instrument formidable pour redynamiser les centre-villes et les artères commerciales, ils créent de l’emploi et favorisent particulièrement le développement des petites entreprises, notamment du monde digital, en offrant une expérience concrète au contact du public dans un lieu que les utilisateurs peuvent investir et quitter rapidement. Cette expérience s’effectuant à moindre coût et à moindre risque, les pop-up stores assurent alors un rôle de véritable tremplin pour des entrepreneurs hésitants à se lancer. Ils peuvent également aider ces commerçants débutants à tester momentanément un nouveau produit auprès des consommateurs, à vérifier le potentiel d’un endroit de vente, et à mettre à l’épreuve leurs compétences de vendeurs.

L’ordonnance proposée par les députés libéraux, prise en considération ce jeudi 26 octobre au parlement bruxellois, a donc pour but de définir un cadre légal clair pour les baux de courte durée, en instaurant des baux pouvant aller d’un mois à un an. Les députés libéraux regrettent l’inertie du Ministre de l’Economie. Car, la capitale de l’Europe est  à la traîne ! En effet, ce processus, déjà initié en Wallonie sous le précédent gouvernement, a été repris par la nouvelle majorité MR-CDH et existe depuis 2016 en Flandre. Ceci illustre bien le caractère novateur et attractif d’une initiative qui moderniserait considérablement l’utilisation et l’encadrement des baux commerciaux afin de faire enfin correspondre la loi aux attentes des commerçants. 

Concrètement, le bail de commerce de détail ou d’artisanat pourra être conclu de manière expresse et ce pour une durée maximale d’un an. Si la durée de location va au-delà, la loi sur les baux commerciaux (normaux) s’appliquera à nouveau.

Avec cette proposition d’ordonnance, les libéraux veulent favoriser l’émergence de ce nouveau type de commerce. « Dans une ville comme Bruxelles qui connaît plus de 12.65% de cellules commerciales inoccupées, voilà une manière de plus pour redonner vie au commerce de proximité tout en créant de l’emploi ! » souligne la députée bruxelloise Marion Lemesre, à l’initiative du projet. Une volonté qui se confirme encore, pour la députée, par le fait que la croissance de l’emploi en Belgique est due pour les trois quarts aux très petites entreprises.

Les députés MR espèrent que leur proposition fera l’objet d’un large consensus sur les bancs du parlement puisqu’en Wallonie à la fois la majorité et l’opposition reconnaissent la pertinence d’un tel mécanisme, un constat partagé depuis longtemps en Flandre.