Santé des Bruxellois: la Ministre n’applique pas le principe de précaution

24 janvier 2017  — Activité parlementaire

lignes-electriques-articleAujourd'hui en commission de l'environnement au Parlement bruxellois, le député libéral Abdallah Kanfaoui a interpellé la Ministre de l'environnement sur les mesures adéquates devant être prises contre les effets nocifs provoqués par les ondes magnétiques émises par les câbles à haute tension.

En effet, il est plus que reconnu que les lignes et câbles à haute tension génèrent des champs électromagnétiques ayant des effets nocifs pour la santé.

Le projet d'installation d'un câble par Elia, le gestionnaire des réseaux de transport d’électricité, de 150 000 volts entre les postes de Woluwé-Saint-Lambert et Charles Quint a mis en lumière le fait qu'aucune norme légale n'existe en matière de rayonnement électromagnétique généré par la pose de ces câbles, pose qui, par ailleurs, n'est pas soumise à la délivrance d'un permis de l'environnement.

Fort de ce constat, le groupe MR avait déposée le 20 janvier 2016 une proposition d'ordonnance http://www.weblex.irisnet.be/data/crb/doc/2015-16/128356/images.pdf visant à fixer des normes claires et précises en la matière. La majorité avait rejeté cette proposition selon les motifs qu'elle travaillait elle-même sur un moyen de résoudre ce problème.

Dans ce contexte, ce matin, le député A Kanfaoui a interrogé la Ministre pour connaitre l'état d'avancement de l'élaboration de ces mesures. La Ministre lui a répondu qu'un projet de protocole obligatoire (devant à l'avenir être conclu entre les communes et Elia) allait être soumis aux communes en février pour discussion...

Le député libéral regrette et ne comprend pas : "la solution préconisée par la Ministre est bien trop complexe et longue alors qu'il suffirait, comme le propose le MR,  de soumettre la pose des câbles à la délivrance d'un permis d'environnement. Cette proposition rendrait par ailleurs beaucoup plus simple la procédure et permettrait à la région bruxelloise de connaitre la pertinence des tracés préalablement à la pose des câbles..." et d'ajouter : "la ministre a simplement répondu que ce type de procédure était à l'étude... j'ai du mal à comprendre que le principe de précaution qui prévaut pour la Ministre pour la COP 22 ne prévale pas ici dans notre Région..."