Régionalisation des ALE : Marion Lemesre demande à la Ministre de l’Emploi de mieux impliquer le secteur dans la réflexion et souligne la nécessité d’en préserver l’ancrage local

14 mars 2014  — Activité parlementaire, Communiqués, Emploi

La Députée libérale Marion Lemesre a interpellé ce mercredi la Ministre de l’Economie sur l’avenir des agences locales pour l’emploi, une matière qui sera régionalisée dès le mois de janvier 2015.

En tant qu’Echevine en charge de l’Emploi à la Ville de Bruxelles, la Députée MR est particulièrement sensibilisée à la problématique de la remobilisation vers le circuit du travail des publics les plus éloignés des exigences du marché de l’emploi. Un profil de chercheurs d’emploi qu’on retrouve largement en Région bruxelloise.

La préparation de la régionalisation des matières liées à l’emploi est en cours et la Ministre a pu dévoiler certaines décisions du Gouvernement : premièrement la garantie du maintien de l’ancrage local des ALE, qui resteront des ASBL communales gérées paritairement au niveau local et intégrées aux maisons de l’emploi; ensuite qu’une coordination générale serait confiée à Actiris (sur le même schéma que celle exercée actuellement par l’ONEM), avec l’instauration d’un partenariat et d’objectifs communs entre les Communes et la Région. Et enfin que la totalité des agents ALE serait régionalisée (en ce compris les agents détachés ONEM), sans toutefois apporter de précision sur les agents engagés sur fonds propres par les ALE (soit une quinzaine en Région bruxelloise).

« La constitution, en janvier, d’un groupe d’experts chargé d’analyser les groupes-cibles des mesures de mise à l’emploi locale au regard des défis bruxellois est certainement une bonne chose car la 6e réforme de l’Etat doit être une véritable chance de remise à plat des politiques d’aides à l’emploi, en termes d’évaluation des dispositifs existants notamment dans leurs effets pervers sur le marché de l’emploi » s’est réjouit la Députée libérale.

Mais la Présidente de la très dynamique ALE de la Ville de Bruxelles se fait l’écho du secteur, qui regrette de n’avoir été que « rencontré » par la Ministre, ce qui est loin de représenter une invitation à la concertation : « Je pense que les acteurs de terrain peuvent apporter une expertise précieuse dans l’élaboration de la nouvelle politique régionale, je reste donc en attente dune invitation formelle du secteur à la table des négociations. »

Communiqué de Presse